• Home »
  • Bijoux »
  • Interview de créateur: Clémentine Lebrun nous ouvre l’atelier des bijoux Panzavolta

Interview de créateur: Clémentine Lebrun nous ouvre l’atelier des bijoux Panzavolta

Il y a quelques semaines, nous avons rencontré la créatrice joaillière de Panzavolta, Clémentine Lebrun, pour en savoir plus sur ce métier encore un peu mystérieux pour le grand public.

Direction une petite rue du VIIIème arrondissement pour une rencontre précieuse!

Bonjour Clémentine et merci de nous recevoir dans ton atelier. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous expliquer ton parcours ?

Amoureuse de Paris, j’ai ouvert l’année dernière, à 23 ans, mon petit atelier pour recevoir des clients particuliers tout près de la Place de la Madeleine.

J’ai su très tôt ce que je souhaitais faire. J’ai donc commencé mes études artistiques à l’âge de 14 ans, en suivant un cursus de 5 ans à l’école Boulle, en gravure sur métaux. Puis je me suis spécialisée dans la joaillerie en passant d’abord mon CAP en candidat libre, puis ma mention complémentaire en alternance au sein de l’école du Louvre BJO.

Tu es donc maintenant créatrice joaillière pour ta propre marque, nommée « Panzavolta ». D’où vient cette appellation ? Comment qualifierais-tu tes créations ?

Le nom chantant de Panzavola me vient de mon arrière grand-mère; c’était tout simplement son nom de famille et c’est donc une façon pour moi de lui rendre hommage car je ne l’ai pas connue, mais ma maman m’en a souvent parlé.

Au travers de ma petite maison joaillière, je réalise des bijoux gourmands et féminins, toujours très colorés et faciles à porter. J’aime faire des bijoux qui respirent la bonne humeur et qui apportent à tout moment de la vie un petit brin de bonheur et de folie!

Peux-tu expliquer brièvement à nos lecteurs, quelle est la différence entre la bijouterie et la joaillerie ?

La bijouterie est le travail du métal pour le transformer simplement en bijoux tandis que la joaillerie est l’art de sublimer les pierres. En gros, la bijouterie concerne les bijoux sans pierre et la joaillerie, les bijoux empierrés.

Ta collection « Smoothie » est délicate et composée de fines chaînettes en or décorées de pierres précieuses. Qu’est-ce qui t’a inspirée pour cette collection ? Pourrais-tu nous dire quelle est, selon toi, la pierre précieuse la plus glamour, la plus discrète et la plus chic ?

J’ai toujours hésité entre la pâtisserie et la joaillerie. Cette première collection est donc pour moi une manière de mettre en œuvre ma gourmandise! Je me suis inspirée des jus de fruits « Smoothies » et de leurs dégradés exquis pour façonner des bijoux dont les camaïeux de couleurs rappellent des mélanges de fruits…

Côté pierres, je ne suis pas une fana des gros diamants. J’affectionne tout un tas de pierres, du moment qu’elles sont très colorées, voir bicolores ou de couleurs incertaines. J’aime par exemple les saphirs d’une belle couleur tilleul, les tourmalines polychromes, les rubellites, la tanzanite… Si je ne devais n’en choisir qu’une ce serait le saphir car il se décline en un nombre tellement fou de couleurs et de nuances que chacun pourra y trouver sa couleur préférée!

Qu’est ce qui te différencie des autres joailliers parisiens ?

Je ne sais pas si ce sont des différences, mais ce sont des points qui me tiennent à cœur. Par exemple, je n’ai pas de limite de budget, je reçois des jeunes filles qui souhaitent faire des bijoux à une amie pour une centaine d’euros à peine, tout comme je reçois des clients plus installés dans la vie qui souhaitent offrir à leur conjoint ou conjointe un bijou plus onéreux et vraiment marquant.

Ma qualité première est aussi l’écoute. J’apprends à connaître mes clients afin de toujours leur proposer le bijou dont ils osaient à peine rêver! J’essaie de deviner leurs envies, de les faire parler d’eux, de leur métier, de leur style vestimentaire… Toutes ces choses sont primordiales pour pouvoir les conseiller au mieux et créer un bijou qui leur ressemble. Car à côté de ma collection Smoothie, mon métier est principalement la création sur-mesure. Je réalise à partir d’une envie, d’une pierre de famille, d’un bijou  à transformer, un bijou entièrement sur-mesure…

Pour ceux et celles qui peuvent être intéressés, je propose aussi des cours d’apprentissage à la joaillerie. Que se soit pour réaliser vous-même votre propre bijou et l’offrir à un être cher ou pour une formation plus poussée, je vous reçois dans mon atelier et vous dévoile tout l’univers de la joaillerie!

Entrons dans les coulisses de ton métier. Comment se passe la création d’un bijou sur mesure ?

Lorsque je reçois un client, je prends tout mon temps pour écouter ses envies, noter les spécificités du bijou, les tailles, les pierres souhaitées, le budget.. Puis je réalise un croquis avec un devis. Si celui-ci est validé, je me mets au travail en commençant par une maquette en cire, que je photographie puis fais parvenir à mon client pour savoir si tout lui convient (en cas de bague, le client peut même venir essayer la maquette). Ensuite, je fais fondre la maquette qui me revient en métal, je la « reprends », la fignole avant de la faire sertir si elle comporte des pierres. Puis viennent les étapes du polissage, rhodiage ou autre finition avant la livraison définitive.

Au bout de 2 à 5 semaines selon la complexité du bijou, le client peut venir découvrir son bijou, au cœur d’un joli packaging et d’un bel écrin adapté au bijou choisi…

Quelle est la création la plus insolite qu’un client t’ait demandé de réaliser ?

Sans hésiter, une sorte d’œuf dans lequel étaient incrustées des particules de visages. C’était une pièce très étrange et dont le dessin du client était visiblement inspiré de figures de manga. Elle a vraiment été très drôle à réaliser mais aussi très déroutante, je ne savais pas par où commencer! Au final, les clients (un joyeux duo d’étudiants qui offraient un cadeau à un ami) étaient, il me semble, ravis!

Peut-on retrouver tes créations en boutique ? Comment te contacter si on veut faire un cadeau pour un anniversaire, une surprise pour un départ à la retraite ou… une demande en mariage ?

Je ne possède pas de boutique à proprement parler. Je suis ce que l’on appelle « joaillière en chambre » et je reçois en étage d’un immeuble parisien. Je reçois donc uniquement sur rendez-vous après contact par bouche à oreille ou via mon site web, et j’adapte mes rendez-vous aux horaires des clients pour me faire toujours le plus disponible possible!

As-tu un dernier petit mot pour les lecteurs de Générationnelles ?

Si vous êtes arrivés jusqu’au bout de cette interview (car oui, je suis un peu bavarde!) c’est peut-être que vous êtes aussi passionnés que moi par ce métier ou parce que vous avez besoin d’un bijou…? Dans tous les cas, n’hésitez pas à me contacter même pour de simples questions, et je me ferai un plaisir de partager avec vous autour de ce si beau métier!

Merci Clémentine de nous avoir accordé du temps dans ton atelier très coquet et girly. On te retrouve très vite sur ton blog pour en savoir toujours plus sur ton actualité et ton métier!

Panzavolta Paris
33, rue de l’Arcade
75008 Paris

Tel: 06 24 92 07 72
Mail: clementine@panzavolta.com
www.panzavolta-paris.fr

Propos recueillis par Eloïse V.
© Eloïse V. / Générationnelles

The following two tabs change content below.
Eloïse dirige la rédaction de Générationnelles.com depuis 2011. Quand elle n'écrit pas et qu'elle ne répond pas à des centaines de mails, Eloïse aime partager des virées glamour avec ses copines, prendre des photos de tout ce qu'elle voit, voyager dans des contrées lointaines, écouter un bon gros beat de hip-hop et se délecter de tapas en terrasse. Son mantra : vivre chaque jour comme si c'était le dernier !